• SCEAU ET CONTRESCEAU DE GEOFFROY V DE CHÂTEAUBRIANT, 1247

    L’un des plus beaux documents de l’ouvrage « Châteaubriant au Moyen Âge ».

  • Châteaubriant, rue de Couéré, deux maisons datant de la Renaissance.

    À droite, la Maison de l’Ange ; à gauche, un logis. Leur premier étage en encorbellement présente des décors de parements en pan de bois (damier, croix de Saint-André, chevrons).

  • L’abbaye cistercienne de Melleray

    L’abbaye est fondée en 1145. Aux 17e et 18e siècles, un formidable effort de restauration et de construction transforme l’abbaye. Melleray devient au 19e siècle un grand centre spirituel et un domaine agricole pionnier dans l’Ouest (voir livre : Melleray).

  • FORGE URBAINE VERS 1500

    L’outillage est réduit à une cheminée, une enclume, des tenailles et un marteau. Document de l’ouvrage « Châteaubriant au Moyen Âge ».

  • La Maison Huard à Châteaubriant

    Berceau de l’entreprise Huard de 1869 à 1907, restaurée en 2007-2008, elle abrite un espace muséographique et de mémoire organisé et renouvelé par l’Association Huard Burzudus, partenaire de l’Hippac (voir livre : Huard. 1863-1987).

  • Le moulin du Petit Châtelier, à Erbray, vers 1870

    C’est le dernier moulin sur pivot construit au Pays de Châteaubriant en 1861-1862. Aquarelle de Gary Harmer d’après divers dessins (voir livre : Les Moulins au Pays de Châteaubriant. Près de 1000 ans d’histoire).

21 mai 2015. Antoine Pacault : « La Baronnie de Châteaubriant aux XVIe et XVIIe siècles »

2015 06 02Antoine

 

Le jeudi 21 mai, au Foyer restaurant de Châteaubriant, Antoine Pacault, agrégé d’histoire, docteur d’État, a présenté son étude à une cinquantaine de membres de l’HIPPAC.

Après avoir donné quelques éléments essentiels sur les principales sources et leur exploitation, Antoine Pacault a défini quels ont été ses axes de recherche et sa problématique centrale : quelles relations y avait-il entre les seigneurs de Châteaubriant, Jean de Laval, les ducs de Montmorency et les princes de Condé, dont les moyens d'action et d'influence avaient peu d'équivalents, et les populations de leur baronnie ?

Antoine Pacault n’a pas fait une conférence classique en présentant point par point sa démonstration. Il a préféré, à partir d’exemples de documents et de faits, faire vivre concrètement des situations à travers des personnages, des grands seigneurs à divers notables.

Le résultat fut à la hauteur des attentes. L’assistance a véritablement été captivée par l’érudition d’Antoine mise à leur portée. 

 

2015 06 02Assistance

 

 

 

Joomla Template by Joomla51.com